top of page

un monde d'oiseaux voyageurs

  • Photo du rédacteurLaHuppe

le veilleur désespéré

en ces temps de finalisation des tractations de la COP 28 à Dubaï et de son bal des hypocrites, le veilleur de Fes contemple la pollution sur la ligne d'horizon. La "se disant" capitale spirituelle est obscurcie de constants nuages noirs, illustrant la pollution tant atmosphérique que morale... Quand l'origine de cette pollution, les fours à poteries, sera-il pris en compte par les autorités?


Le processus de cuisson est particulièrement polluant, suite à l'utilisation de tourteaux d'olives dans des fours sans systèmes de filtration.



"Après tournassage, les bols, assiettes, théières, soupières, … sont empilés dans un four en terre hermétiquement fermé pour subir une première cuisson de 6 heures entre 800 et 960 degrés qui leur donne une certaine solidité. La pièce, devenue poreuse, passe dans les mains des décorateurs.

L’objet peint est plongé dans un émail stannifère avant d’être cuit pour la seconde fois pendant 6h30 à 7 heures à une température allant de 1300 à 1400 degrés.

Pour la cuisson normale d’une fournée, on utilise pour un four en terre traditionnel environ 400 kilos de bois pour lancer le feu puis 3 tonnes de tourteaux d’olives pour l’entretenir. Une fois la cuisson terminée, le four reste fermé pendant au moins 12 heures pour que les poteries refroidissent progressivement."



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

dans les clous...

au moins eux, ils traversent dans les passages cloutés et sont disciplinés! avant le massacre des innocents La nécessité de l'humain de faire endosser ses fautes à un autre que lui-même est l'indice d

bottom of page